Ah! La belle Escalade

Genève, samedi 10 novembre.

Sur la place vernie par le soleil d’hiver, bouillonne depuis le matin l’effervescence des répétitions du cortège de l’escalade.

Nul instant ne passe sans que, qui les fifres et tambours, qui les robustes chevaux de la garde, qui le carillon de la cathédrale, qui les tirs de mousquet, qui enfin, les coitrons déguisés au comble de l’excitation, l’imminence d’un événement majeur ne porte au loin son appel.

Hier vendredi, à voir les cradzets s’encoubler dans leur déguisement ou quémander des bonbonailles, les collégiens danser le picoulet après s’être mis une secouée dont ils parleront encore dix ans plus tard, et tout ce beau monde bouëler joyeusement le cé qu’è lainô, on aurait dit ce carnaval que n’a Genève. Mais aujourd’hui, les rondes martiales qui quadrillent la vieille ville semblent appeler le citoyen à une bataille décisive, et le modeste bourg-de-four se mue en colline(Har) de Magedon. Les Savoyards n’ont qu’à venir, on leur mettra une branlée !

C’est demain que le cortège défilera, et il me rend bien nostalgique. Quand j’étais chiard, je faisais partie de la compagnie 1602, et les souvenances de ce fameux soir asse naire que d’ancro restent vives en moi : Dans la suie des torches et les cliquetis d’armures, cherchant des chauferettes dans mes habits de feutre, enviant les « grands » qui avaient du vin chaud…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :