En monde maya

San Juan Ixcoy de las Cuchumatanes, Guatemala.

Bonjour cher tous,

Ces derniers temps, les billets de ce blog ne parlent plus beaucoup du Japon et vous m´en voyez contrit. Mais oú va ce blog? Ma foi, pour l´instant il s´enfonce au coeur du Guatemala.

Apres une nuit a Mexico city, j´ai rejoins mon ami Romain avant-hier a San Cristobal de Las Casas, au Chiapas ou il etait en stage dans une ONG depuis octobre. San Cristobal, la ville de la rebellion zapatiste de 1994, la ville des Tzotzil et Tzetlal, un beau saut dans les montagnes du pays maya. Mais Romain en avait marre de ronger son frein au Chiapas, alors nous avons traversé cette frontiere qui l´aimantait.

A ma grande surprise, il y a une nette fracture entre Chiapas et Guatemala, comme l´illustre notre passage en bus. De San Cristobal a la frontiere, un bus de ligne avec télé et toilettes, qui plus est vide de tous autres passagers que nous (Peut-etre l heure matinale?). Le bus part selon l horaire, passager ou pas.

De la frontiere a Huehuetenango, un autocar aussi colore que sur la route du Karakoram, avec 7 personnes par rangée, sans compter les marmots que les femmes portent en bandouillere sur leur tuniques brodees. Je crois avoir décelé chez les Guatemalteques une espece de don de « pluriquité ». Sinon, comment expliquer que dans l´intervalle de 30 centimetre entre les rangées, il puisse y avoir en meme temps la fesse gauche d´un passager, la jambe de celui d´en face, un autre debout, les bras de quelques autres (ca bringuebale), et deux meres qui se croisent, leur gamin dans le dos?

Tous le long de la route, le bus a pris des passagers supplementaires, tout en en deposant certains. La route longeait une gorge qui au bout d´une heure et demi s´est ouverte en une large vallée, urbanisé anarchiquement, plutot un grand carrefour marchand qu´une ville, Huehuetenango. Je pensais a certaines villes de Chine centrale ou du Sud-ouest, avec ces ethnies colorées des montagnes alentours qui viennent commercer au milieu du beton et des fumées noires du traffic chaotique, sans sourcilier.

Les peuples mayas ont l´air industrieux et n´essayent jamais de rouler quelqu´un dans la farine, meme pas nous les gringos. Ils sont taciturnes, parfois un peu farouches, et reagissent avec une remarquable réserve a notre arrivée, sans avalanche de question et sans regard insistant.

A peine arrivé a Huehue, apres un frishti et une biere locale, nous nous sommes echappé dans les montagnes de Las Sierra de las Cuchumatanes, d´ou j´écris. San Juan Ixcoy, a 5 cols de Huehue, dans le pays des Kanjobal, passé le pays des Ma´m.

Trois jours seulement de voyage et j´ai deja pris le maquis! Mais visiblement pas assez, si je peux vous ecrire depuis un cafe internet. C´est donc l´heure de partir manger de cette route tout en méandres et précipices, plongée la moitié du temps dans les brumes laiteuse et froides de la Sierra!

A bientot,

Adrien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :