Posts Tagged ‘intai’

La retraite d’un dieu

février 12, 2010

Je suis encore sous le choc. Asashoryu est parti.Le sumo est orphelin, et pour longtemps.

Le tournoi de janvier, sur lequel j’ai écrit deux billets, c’est lui qui l’a remporté, montrant qu’il restait le maître. Au passage, il plantait Baruto d’un puissant uwatenage, volatilisant les chances de l’estonien de grader au rang d’Ôzeki ce tournoi.

C’était le 25ème Yushô (victoire dans l’un des 6 tournois annuels majeurs) du taureau mongol, qui s’approchait encore un peu plus du record historique de 32 victoire du sumotori Taihô. Et puis, une semaine après la victoire, un nouveau scandale a éclaté. Le turbulent yokozuna, pris d’alcool après avoir fêté le soir de son sacre, aurait cassé le nez d’une connaissance.

Le rang de Yokozuna est considéré comme une fonction divine, et ceux qui y accèdent portent une responsabilité particulière vis-à-vis de la préservation de la dignité (hinkaku) du rang. Autant un yokozuna est révéré pour sa puissance et son esprit combatif sur le dohyo(ring), autant il se doit de garder son sang-froid en toute circonstance et d’être un exemple entre tous.C’est la deuxième face qui pêche chez Asashoryu. C’est un loup bleu qui aime le goût enivrant des victoires, fier de voir ses adversaires écroulés à ses pieds, le visage plein de sable. Il était un champion total.

Mais contrairement à l’image d’étranger haineux foulant les traditions japonaises que les tabloïds ont rabachés, Asashoryu (qui parle japonais aussi bien que mongol), est véritablement amoureux du sumo. Lui ne deviendra jamais catcheur ou lutteur de K-1, comme d’autres ex-Yokozuna, car le sumo était pour lui une finalité en soi, un accomplissement. En fait, je crois que toutes les frasques d’Asashoryu étaient une manière de ne pas se prendre trop au sérieux.

En réalité, Asashoryu a un coeur d’or, un coeur à la mesure de son talent. Ceux qui l’ont vraiment côtoyé le disent attentifs aux gens, bienveillants, et précisément ni hautain ni imbu de lui-même, conscient de ses faiblesses. Il est en quelque sorte, le plus humain des dieux du sumo!

Harcelé par les medias une fois de plus, il s’est retiré en plein courbe ascendante, d’une manière presque aussi subite que Momoe-chan.
Ironie du sort, il a annoncé son intai (retraite) presque en même temps qu’Ozawa Ichirô était relaxé faute de preuve (dans le scandale de magouille financière pourtant grosse une maison). Exactement le contraire de ce qu’on attendait, le roi du sumo ayant annoncé auparavant avoir conclu un arrangement avec sa victime alors que la chute de l’homme politique le plus puissant du Japon semblait n’être qu’une question de jours. Sûrement une question de soutien. Asashoryu était bien seul, Ozawa possède un réseau tentaculaire.

Ichiro Ozawa

Ichiro Ozawa

Désormais, avec un, peut-être deux Ôzeki en moins et un Yokozuna en moins, il y a de place pour les prétendants aux deux rangs ultimes. Et pourtant, ç’est peu pour une raison de se réjouir. Car la qualité générale de sumo des rikishi professionnels, sans Asashoryu, va baisser. D’abord, ç’était le seul sumotori a utiliser autant de kimarite(clés) différentes, quarante-deux! Ensuite, Asashoryu tirait les autres rikishi vers le haut, puisque pour grader dans les rangs du haut du tableau il fallait battre le yokozuna. Pire encore, en perdant sa « gueule », le monde du sumo risque de sombrer encore un peu plus dans l’oubli.

N’ayant pas la nationalité japonaise, Asashoryu ne deviendra pas Oyakata (maître d’une écurie). En octobre, on lui coupera son mage(son chignon), et il redeviendra Dolgorsürengiin Dagvadorj.Et rentrera en Mongolie.Il dit vouloir se reposer. Mais il a des projets, bien entendu, même s’il ne pipe mot. Allez, je vous livre une information inédite! Il ambitionne d’être premier ministre de Mongolie d’ici une dizaine d’année. Et je ne doute pas une seconde qu’il y parviendra. Longue vie au dragon bleu du matin, et que nous éclaire ton sillage divin!

Avec Asashoryu en juillet 2007. Faites pas attention à la coupe de cheveux, j’en étais à mon 25ème mois de voyage et ça se voyait!
automne dernier. C'est juste pour vous montrer que depuis, j'ai trouvé un coiffeur.

2009. Vous êtes rassurés? Je me suis réconcilié avec les coiffeurs depuis mon retour fin 2007.

Publicités