Posts Tagged ‘nouvel an japonais’

L’annee du Tigre de metal

janvier 3, 2010

2010. Un nouvel an inhabituel pour moi. Je me rejouissais de vivre un nouvel an japonais et je n’ai pas ete decu. Ce fut neanmoins un peu different de ce que j’imaginais: Traditionnel, certes, mais un peu plus melange.

En terme de tradition justement, Noel et Nouvel an sont fetes de maniere exactment inverse pas rapport a chez nous. C’est-a-dire que Noel se fete avec les amis, que c’est surtout un pretexte pour boire, et qu’il n’y a aucune tradition particuliere qui s’y attache, alors que nouvel an est fete en famille, qu’il a au depart une importance spirituelle, et que c’est l’occasion d’un certain nombre de coutume.

Le 21, mon vieux pote Arnaud est arrive a Tokyo ou je l’ai heberge une dizaine de jours. Nous sommes ensuite parti passer le tournant de l’annee dans son ancienne famille d’accueil, dans la prefecture d’Aichi (au centre). Nous sommes donc ici depuis quelques jours, hotes dans une enorme maison en style ancien, dans un bled des confins de l’agglomeration de Nagoya (Du reste nous avons l’habitude de nous croiser dans des endroits pas possibles, que ce soit Fondo Toce dans le Milanais ou Guro Jaglot au Cachemire pakistanais!).

Les trois pivots du nouvel an japonais: La premiere priere de l’annee, l’Osechi-ryori, et le repos!

Le repos pas tout le monde n’en profite, mais lorsque les gens ont conges, ils en profitent generalement pour rentrer dans leur lieu de naissance, revoir la famille et ne rien faire d’autre que manger. Precisement, de l’Osechi-ryori. C’est-a-dire un certain nombre de preparations (notamment des haricots noirs confits, du thon enroule dans des algues konbu, des oeufs de hareng,une sorte d’omelette sucree, des sardines sechees au sesame et sauce soya, parfois aussi du homard, etc.) qui symbolisent, par le biais de jeux de mots, le bonheur de l’annee a venir. Le tout dans des boites laquees, fort semblables a des boites a bento. Et pour cause: a l’origine, c’etait un interdit religieux que de cuisiner pendant les trois premiers jours de l’annee. Bien sur, le contenant etait surement beaucoup plus fruste a l’epoque. Il faut cependant noter que le regime de debut d’annee, s’il fait souvent gagner du poid (comme chez nous, hein!), peut meme provoquer l’indigestion lorsqu’on dort jusque dans l’apres-midi et que l’on enchaine des repas trop rapproches. J’en ai fait hier la douloureuse experience!

La premiere priere de l’annee se fait de preference dans les plus grands temples et sanctuaires, ainsi a Tokyo il faut faire la queue environ trois heures pour le sanctuaire Meiji ou le temple Senso-ji d’Asakusa! A la campagne, c’est bien plus confortable. La famille d’Arnaud est alle dans un temple au nord d’ici, tandis que de mon cote je rejoignais une amie a Nagoya (rentree de Tokyo pour les vacances, precisement). Attendu le compte a rebour en buvant de l’alcool de riz chaud pres du sanctuaire Atsuda. Qui entre parenthese est le troisieme plus sacre du Japon! Il renferme plusieurs milliers de tresors nationaux, dont l’epee de Kusanagi, l’un des trois objets sacres legitimants l’empereur (qui est a peu pres le seul a savoir si elle existe vraiment!).

A minuit, nous nous sommes diriges vers l’autel principal, ou nous avons pu faire notre premiere priere de l’annee apres 45 minutes de queue, sous la pleine lune et la neige qui blanchissaient les pins parasols. Sorti de la foule, il faisait encore plus froid, mais nous nous sommes rechauffes avec les toshi-koshi soba, des nouilles qui ne se mangent qu’a nouvel an. En l’occurence, de delicieuses udon plates de l’Owari.

Apres un tour par les tands qui defilent jusqu’en dehors de l’enceinte du sanctuaire, nous avions encore quatre heures a tuer avant le premier train, elle habitant a 30 minutes au sud, et moi logant a 45 minutes au nord. Nous hesitions entre izakaya et karaoke, et comme nous n’avions pas tres faim, avons choisi la seconde possibilite. Apres une heure et demi, j’avais epuise mon repertoire japonais.

Que faire alors? Sakae, le quartier anime de Nagoya, bien qu’elle soit la troisieme ville du Japon, il ne souffre pas la comparaison avec ceux de Tokyo. Les izakaya se sont tous reveles soit pleins soit ne servaient plus. Nous nous sommes rabattus sur des manga kissa. Ce sont des cafes internet qui ont des bibliotheques entieres de mangas, et des box (environ trois metres carres) avec ecran tele et plein de films. Officieusement, c’est aussi le genre d’hotellerie le meilleur marche du Japon (je l’ai utilise a Shikoku l’annee derniere).

A l’heure qu’il etait,  regarder un film ne nous branchait pas, regarder ses mails ne se fait pas a deux, quant a parler c’est fatiguant de chuchoter. Mais nous avons fini par trouver un moyen de s’occuper a deux!

Les nouvels ans japonais, le moins qu’on puisse dire c’est qu’on ne s’embete pas!

Mille ans de prosperite a tous! Bonne annee du tigre, qu’elle vous soit rugissante de bonheur!

A.

Publicités