Posts Tagged ‘tsunami géant’

La représentation du désastre

avril 20, 2011

Maintenant que nous sommes tous devenus des spécialistes en énergie nucléaire et en tectonique des plaques, vous devez être familier des diverses cartes représentant la triple catastrophe. Je voudrais présenter trois d’entre elle, soit un échantillon de celles qui, tout en étant créé pour la seule information scientifique, pourraient aussi bien revendiquer le statut d’oeuvre d’art.

Ce sont trois modélisations de l’onde du tsunami. Sans conteste, c’est là le coeur de la catastrophe. Le tsunami a tué à grande échelle et a rayé des villes entières de la carte – des villes que je connaissais bien, pour avoir longuement parcouru, en auto-stop, la côte du Sanriku, dont les bonnes âmes m’ont maintes fois offert gîte et pitance, et dont je suis sans nouvelles.

Au Japon, la puissance de la terre ne fait jamais beaucoup de victimes. Ce sont ses conséquences qui sont meurtrières: La puissance de feu (incendies comme à Kobe 1995) et la puissance de l’eau (tsunami). Quant à la catastrophe nucléaire, c’est sans doute une puissance de feu, et des plus graves.

Modélisation de la progression de la vague

Temps de parcours de la vague géante. On dirait une gemme de malachite en coupe (avec la couleur du lapis-lazuli).

Modélisation de la hauteur du tsunami.

De quoi trouver, tout respect gardé, de la beauté dans le désastre.

A.

Publicités

Desolation

mars 12, 2011

Bonjour à tous et merci à ceux qui s’inquiètent de mon sort.

Je suis à Hong Kong et je vais bien. Un peu trop bien même. Je vois les images a la télé, dans les journaux, du pays où j’habite dévasté, et une question lancinante me hante, pourquoi ne m’y trouvais-je pas. Question étrange, c’est un mélange de désir d’être proche de ma copine et de mes amis, d’envie inavouable de faire l’expérience d’un très fort tremblement de terre, et de sentiment d’impuissance face à la distance qui exceptionnellement me sépare de l’archipel.

Les gens que j’ai pu contacter à Tokyo m’ont décrit une ambiance de peur, des foules perdues dans la nature, des colonnes de fumée s’élevant de plusieurs endroits, des transports tous bloques. Les trains, métros, shinkansen, sont tous gelés. Les principales autoroutes urbaines aussi. Ma copine est rentrée chez une amie : trois heures de marche à travers la ville.

Je rentre lundi, et vous donnerai des nouvelles immédiatement. Tous mes amis sont-ils vivants, que deviennent les villes de la cote d Iwate (celles qui ont été enterrées sous la langue de boue du tsunami),mon immeuble a-t-il brule… autant de raisons d angoisser. Mais je ne peux qu’ attendre après-demain, en espérant que LE grand, le prochain tremblement de terre du Kanto, ne viendra pas m’accueillir.

A.